La rizière: En pays Dong…

La Rizière. Un film de Xiaoling Zhu. 2012. Chine, France. Durée 1h20.

Résumé : Découverte, par la chronique d’un village du sud de la Chine, de la vie d’A Qiu, une fille de 12 ans, et celle de sa famille, pendant quatre saisons au milieu des rizières. La mort de la grand-mère qui élevait ses petits enfants va obliger les parents à quitter leur travail sur des chantiers en ville pour revenir vivre au village.

© Zelig Film Distribution

Xiaoling Zhu, réalisatrice chinoise installée en France depuis 1990, réalise, pour son premier film, une chronique sur la vie et les vicissitudes d’une famille de villageois Dong vivant au sud de la Chine. La narration, qui ne s’embarrasse d’aucun artifice, est limpide et prend forme par l’entremise d’une petite fille de 12 ans aspirant à devenir écrivain. Elle symbolise la réalité d’une situation socioéconomique ou la modernité du monde capitaliste prend le dessus sur les traditions ancestrales. Pour autant, la cinéaste n’en oublie pas ses racines. Le temps de la culture du riz, fondamental dans le film, rythme de manière égale la narration, comme pour nous signaler que tout n’est pas encore joué. Le ton, entre fiction (ce qu’est le film) et aspect documentaire (acteurs non professionnels, langue Dong très difficile à maîtriser) donne à la Rizière une texture unique, mixte réussie d’informations, d’attachement aux personnages et d’enjeux réels (le père arrivera-t-il à gagner suffisamment d’argent pour envoyer sa fille étudiée à la ville ?).

Au-delà de la chronique familiale, il y a cette connexion avec le monde contemporain. Le peuple Dong est condamné à évoluer, parfois en mal, ou trop vite, comme en témoignent les demandes répétées du jeune frère pour avoir la toute dernière console de jeux portable. L’avenir d’A Qiu est conditionné par cette réalité. Mieux, elle la matérialise, la porte, l’espère, la désire. Mais sans colère ni esprit de revanche. Ce faisant, l’exode des jeunes vers les villes, lieu de savoir et de réussite professionnelle, ne peut être contesté. Le film montre sans le montrer la mort des villages par la désertification des bras qui la supportent encore.  Le paradoxe s’affiche avec l’évidence sincère des premiers films. Malgré la multitude de scènes porteuses des valeurs traditionnelles d’une Chine paysanne (culture du riz, repas familial, combat de buffles…), l’annexion au monde « capitalistique » dominant est consommée.

La fin, aussi abrupte que sombre, sonne comme un avertissement face à un monde fragile qui ne tient, pour ainsi dire, qu’à un fil.

Geoffroy Blondeau

La Rizière. Un film de Xiaoling Zhu. 2012. Chine, France. Durée 1h20.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *